Catégorie : Cinéma

Autres sorties, Cinéma

Virée Parisienne Etape 3 – Star Wars Identities

Je vous propose une nouvelle virée parisienne et plus précisément à la Cité du Cinéma de Saint Denis, pour découvrir l’exposition Star Wars Identité dont vous avez surement déjà pu voir tous les aspects sur Google. Mais comme internet n’est pas exhaustif, je vais vous décrire l’expérience avec mes propres mots (après tout, c’est pour ça que vous êtes là).

A peine arrivés, vous êtes tout de suite mis dans l’ambiance avec d’immenses affiches de Dark Vador et de la reine Amidala. Grâce à un emploi du temps bien organisé, dès l’achat des billets, l’attente sur place est de courte durée (d’où l’importante d’être ponctuel!). Vous arrivez donc rapidement au sésame donnant accès à l’expo: un écouteur, un petit boitier et un bracelet permettant d’interagir avec les lieux.

Le boitier permet de détecter votre position dans l’exposition évitant ainsi les problèmes du type « c’est quel repère ici? Mince j’ai raté la piste! Mais ça marche comment ce truc?! ». Ici, vous n’avez qu’à vous laisser porter en pensant seulement à ne pas bloquer le capteur qui interagit avec l’environnement. Le gros plus de cette expo ne réside pas seulement dans les éléments présentés mais surtout dans le fait de pouvoir interagir avec celle-ci tout au long de la visite.

Loin d’être passif, vous participez en créant votre avatar, choisissant son nom, son sexe, sa race, ses aptitudes et bien évidemment son positionnement face à la force obscure. L’idée de l’expo étant de vous faire explorer votre identité. Pour cela, il suffit d’appliquer votre bracelet sur les zones spécifiques mises en avant dans chaque pièce. Et dernier petit plaisir, à la fin de votre visite, on vous envoie gratuitement dans votre boîte mail, votre personnage accompagné de son histoire.

Est-ce que ça vaut le coût?
Il est vrai que le prix d’entrée est élevé et que le tarif enfant n’est pas particulièrement attrayant. Cependant, je pense que tous les participants vous diront la même chose, cette expo vaut largement son prix! D’ailleurs, si vous prenez le temps de lire les critiques de l’expo, vous remarquerez que les mauvaises notes sont quasi exclusivement dues à des personnes qui n’ont pas pu s’y rendre et qui critiquent le prix. Je précise que je ne dis pas que le tarif n’est pas élevé, simplement que l’expo en vaut la peine.

Eh oui, Yoda n’a pas toujours eu la tête qu’on lui connaît!
Pour les novices et fans du dimanche, vous apprendrez de nombreuses anecdotes sympathiques. Pour les grands fans de toujours, ce sera l’occasion de voir les véritables costumes et vaisseaux tout en découvrant ou redécouvrant certains secrets de créations des personnages à travers de nombreux croquis et vidéos. Saviez-vous que le regard de Yoda était inspiré de celui de Einstein? Allez, deuxième petite info en image:

Ma seule déception après 2 heures d’émerveillement réside dans la boutique à souvenirs que je n’ai pas trouvée à la hauteur de l’exposition. Ni sabre laser (même pas en porte clé), et très peu de répliques (à prix très élevés) vous attendent. Seuls les t-shirts et les affichent de l’expo valent le détour (et encore, manque de chance pour nous, les affiches étaient quasiment toutes en rupture de stock le jour de notre de visite). Pour tout le reste, une petite visite à la FNAC du coin me semble suffisant (en témoignent les peluches « Angry Birds – Star Wars » qui avouons le, ne ressemblent, selon moi, pas à grand chose.)

L’exposition a été prolongée jusqu’au 5 octobre 2014 alors profitez en si vous vous rendez sur Paris.
Tarifs:
Plein tarif : 22 €Enfant (de 4 à 14ans inclus): 17 €Enfant moins de 4ans : gratuitPack famille ( 2 adultes + 2 enfants ) : 70 €Tarif Handicapé : 19 € (sur présentation de carte d’invalidité)
Les tarifs sont légèrement moins élevés si vous prenez les billets sur place mais étant en nombre limité, il est conseillé de les prendre à l’avance. De plus, il est demandé d’arriver sur lieux 15 minutes en avance (rappelez vous le temps d’attente est faible).

Pour les autres infos pratiques, c’est par ICI.
Enfin sachez que quoi que vous ayez pu voir de l’expo, rien ne pourra vous gâcher le plaisir de vous y rendre, si vous en avez l’occasion!

J’en profite pour remercier Madame Rollin pour son aimable autorisation qui m’a permis de vous illustrer cet article! Avouez que ça aurait été franchement bien moins sympa sans les photos! Et comme vous n’aurez pas tous la chance de vous rendre à Paris, voici quelques photos bonus.

De quel côté pencherez-vous?

Cinéma, Sorties

Grace de Monaco – Le film

En ce moment, je vous écris très peu. L’envie est présente mais les examens approchent à grands pas et je me consacre à mes révisions. Cependant, j’ai décidé de m’accorder une pause, ce soir. En sortant de la bibliothèque, j’ai couru acheter mon ticket de cinéma pour découvrir le film Grace de Monaco. Cela faisait deux ans que je l’attendais, quel plaisir de le voir enfin!

Avant de vous donner mon ressenti, je dois vous dire que je ne connais rien à Monaco ni à l’histoire de la famille princière. Si je vous précise cela c’est car je suis incapable de vous dire si les faits relatés sont justes ou non. Comme le précise le réalisateur au début du film, il s’agit d’une fiction inspirée de faits réels et non pas d’un biopic. C’est en partie pour cela que le film a pas mal fait parler de lui récemment. Sans rentrer dans le débat, voici mon avis donné d’un oeil totalement neutre.
Pour faire simple, j’ai beaucoup aimé ce film! Comme je vous le disais, il ne s’agit pas d’un biopic mais le film s’en rapproche. Et comparé à ceux que j’ai vu par le passé, celui-ci ne m’a semblé ni lent, ni lourd, ni mou. Lorsque j’ai appris qu’un film sur Grace de Monaco était en préparation, j’étais contente de la nouvelle et quand j’ai lu que Nicole Kidman incarnerait la princesse, cela m’a semblé logique. Je trouve qu’elles sont toutes deux très belles et parmi toutes les actrices que je connais, je ne voyais qu’elle pour ce rôle (physiquement parlant).

Ce soir, j’ai enfin pu découvrir le film, avec coupe de champagne, macarons et tapis rouge en prime. La bonne surprise en arrivant au cinéma: celui-ci retransmettait la cérémonie d’ouverture du festival de Cannes (merci à Gaumont Pathé et à Canal+ pour ce cadeau)! J’ai donc eu le plaisir de voir Lambert Wilson faire danser Nicole Kidman entre deux rangées de sièges avant d’entendre l’annonce officielle de l’ouverture du festival.

Ce film qui a déjà subi de nombreuses critiques va en rencontrer d’autres dans les heures à venir. Assez politisé, j’ai découvert une relation politique tendue entre la France et le Rocher qui s’avère faire partie des sujets principaux du film. J’ai également eu l’occasion d’en apprendre plus sur la princesse et sur sa vie qui me paraissait agréable, un conte de fée devenu réalité. L’image que j’avais de son couple a été remise en cause, ainsi que l’amour que lui portent les monégasques (ou plutôt qu’ils ne lui portaient pas encore). Le film nous présente une princesse à la fois forte et fragile qui aimerait retourner à sa passion, le cinéma et qui veut, à la fois, se consacrer à sa famille et à sa patrie d’adoption. Elle n’était pas préparée à la vie qui est devenue la sienne, son couple semble battre de l’aile, elle semble seule sans vraiment l’être (j’ai particulièrement aimé le rôle du prêtre qui l’accompagne). Je me suis rapidement attachée à elle, il faut dire que sa bonne volonté et sa fragilité ne peuvent laisser de marbre. Elle semble par moment incomprise, elle n’a pas peur de dire ce qu’elle pense, j’ai aimé tout cela et ai rapidement pris son parti.

Ajoutez à cela, de jolis décors, des tenues sublimes et des acteurs talentueux! Nicole Kidman est magnifique à la fois physiquement et dans son jeu, Tim Roth (le prince Rainier III), Frank Langella (le prêtre dont je vous parlais précédemment) et Paz Vegas (Maria Callas) m’ont émerveillée! Les splendides tenues, coiffures et bijoux portés par Nicole Kidman m’ont évidemment fait de l’oeil (même sa robe de chambre!). Un vrai régal!
(En suivant le lien, vous remarquerez une broche de petit chien que vous pourrez retrouver dans le film si vous avez l’oeil!)

Comme vous l’aurez compris, ce film m’a beaucoup plu!
Malgré tout, il y a quelques points négatifs. Les français ont le rôle des gros méchants de l’histoire (je ne dis pas cela en tant que française mais je trouve ce positionnement un peu simpliste) et la princesse pour la sauveuse de sa patrie. Le discours final était beau et cependant, j’aurai aimé une autre fin. J’aurai souhaité une explication qui fasse moins « conte de fée » pour solutionner la relation tendue entre la France et la Principauté. Enfin, le gros bémol du film réside dans le fait qu’il ne s’agit pas de l’histoire réel mais d’une fiction. Dans ce cas, pourquoi ne pas avoir créé un personnage de toutes pièces? Nous aurions probablement fait le lien avec Grace de Monaco mais cela aurait permis d’éviter de déformer volontairement l’Histoire, de blesser/énerver/porter préjudices à certaines personnes et de créer une telle polémique.

Enfin, revenons à du positif avec un petit détail qui m’a particulièrement séduite, le fait que Hitchcock appelle la princesse Gracie. Avec son accent anglais, c’est juste adorable! Je ne sais pas qu’elle était leur relation dans la réalité mais celle renvoyée par le film m’a beaucoup plu.

Au final, le film se concentre sur seulement deux ans (1961 et 1962) de la vie de Grace Kelly devenue Grace de Monaco depuis quelques années seulement. Il permet d’en apprendre plus sur sa vie sans pour autant nous permettre de découvrir une vérité pure. Si vous souhaitez voir ce film, je vous conseillerai d’y aller pour le plaisir, de vous laisser porter par l’histoire puis de faire vos propres recherches par la suite.
Pour lire un avis complémentaire, je vous conseille de faire un tour par > ICI <

Et pour plus de photos, n’oubliez pas que vous pouvez me retrouver sur Pinterest, Instagram, Twitter, Hellocoton et Facebook!

Cinéma

Diana, retour sur la vie d’une princesse

A quelques heures de la sortie du biopic sur Diana, je reviens sur ma séance en avant-première pour vous donner mon ressenti.

J’ai eu la chance, il y a un mois, de découvrir en avant-avant-première le film Diana. En effet, l’UGC propose a ses abonnés de tester et de donner leur avis sur des films avant leur sortie voire même avant les avant-premières. J’aime beaucoup l’idée, d’autant plus qu’on ne sait jamais quel film on va voir! Ce fut donc une bonne surprise quand la lumière s’est éteinte et que les premières images sont apparues!

Le film retrace les deux dernières années de Lady Di. Officiellement séparée du Prince Charles, on découvre la vie d’une femme seule et pourtant continuellement poursuivie par les paparazzi, on assiste à sa rencontre avec le docteur Hasnat Khan, on partage leurs premières difficultés en tant que couple mais aussi leurs espoirs ainsi que les larmes d’un homme amoureux découvrant la disparition de la femme qu’il aime.

Secret de tournage
A l’époque de la mort de Diana, peu étaient ceux à connaître la vérité sur sa relation avec le médecin pakistanais. Si le projet d’un film a été lancé il y a des années, il a fallu attendre que les résultats de l’enquête soient rendus publics pour lancer le tournage mais également que Hasnat Khan confirme sa relation avec la princesse.
Naomi Watts incarne pour l’occasion l’emblématique Lady Di, et elle a pris son rôle à coeur. C’est pourquoi, elle a longuement travaillé avant le début du tournage « Je me suis entraînée de manière intensive pendant six semaines (…) avant le début du tournage », explique la comédienne, « Elle était d’origine aristocrate mais n’était pas du genre à ne jamais exprimer la moindre émotion. Elle avait la voix chaleureuse et jeune, et elle n’avait nul besoin d’élever le ton pour se faire entendre, ce qui rendait sa voix d’autant plus élégante. Pour moi, c’était un gros boulot. » (source Allociné).

Afin de s’approcher le plus possible de la princesse, Naomi Watts a été jusqu’à porter une prothèse de nez. Pour l’occasion, le chef coiffeur a également fabriqué quatre perruques inspirées du style de coiffures arborées par Lady Di à l’époque. Plus encore, le chef costumier sans chercher a copié, c’est lui aussi inspiré de la garde robe de la princesse. Versace a participé à l’élaboration de celle-ci en allant jusqu’à copié l’une de ses propres créations. De son côté, le célèbre styliste Jacques Azagury, a accepté de prêter à la production deux modèles portés par Lady Di.

Enfin, vous remarquerez en allant voir le film, que l’équipe du tournage a beaucoup voyagé pour réaliser ce film. Elle nous a, en effet, emmené en Angletterre, en Croatie, en Italie, au Mozambique, au Pakistan et enfin à Paris. On pourrait donc penser que le tournage a duré de longues semaines et pourtant, celui-ci n’a duré que 9 semaines. Neuf petites semaines pour retracer les deux dernières années de vie de la plus tristement célèbre des princesses.

Mon avis:
Pour ma part, j’ai passé un agréable moment, j’ai complètement découvert cet aspect de la vie de la princesse, j’ai aimé partager ses espoirs, découvrir ses joies, j’ai également râler contre les paparazzi,et j’ai évidemment eu le coeur serré à la fin de l’histoire.
Naomi Watts s’est réellement préparée pour le rôle et cela se voit, pour autant, je ne vous cache pas quelques longueurs (moins nombreuses que celles dans la Dame de Fer qui m’avait énormément déçu). Selon moi, ce ne sera pas le biopic de l’année mais il vaut le détour.
Prochain biopic à voir: Grace de Monaco prévu pour janvier 2014.

Un grand merci à Alizée qui m’a permis de profiter de son abonnement UGC en l’accompagnant lors de cette séance.