Étiquette : anglais

Angleterre, Coup de Coeur, Miam

The black penny – coffee shop (et cours de prononciation)

Depuis quelques semaines, je prends des cours de prononciation à City Lit. J’ai beau savoir que mon accent frenchy fait son petit effet, j’ai envie de m’immerger totalement. J’y vois ici un challenge, celui de gommer mon accent selon mon bon plaisir. Il y a encore du boulot mais je m’éclate! Les cours auxquels j’assiste se font de manières ludiques et dans la bonne humeur, par contre, je ne vais pas vous cacher que ça demande beaucoup de concentration et d’implication et que je ressors un peu fatiguée après ces deux heures. Le prof est exigeant mais drôle et a toujours de très bons conseils – qui marchent!
Il faut savoir qu’à Londres même, il existe déjà une douzaine d’accents différents. Chaque coin de la ville possède son propre accent, alors imaginez dans tout le pays! Pour ma part, j’apprends cet accent dit « posh » (bourge) que vous pouvez plus ou moins entendre dans Downton Abbey (et tant pis si pour certains anglais c’est mal vu car trop guindé, moi j’adore! Une fois que l’on maîtrise celui-ci, il ne « reste plus qu’à » traîner en ville pour se familiariser avec le slang – argot – et piquer les intonations que l’on préfère.)
Lors de ces cours, j’ai appris une chose que j’aurai vraiment voulu apprendre à l’école tellement ça me semble basique alors j’ai décidé de vous le partager : la lettre R ne se prononce que si elle est suivie d’une voyelle. Attention, cette règle fonctionne à Londres mais pas dans le nord du pays tel qu’à Manchester où ils prononcent tout le temps le R. 
Ex : « The war » (la guerre) se dit « the wa » car aucune voyelle ne suit le R, cependant, « the war is bad » se dit « the wa r-is bad ». Le R est reporté sur le mot suivant. (non ceci n’est pas une erreur, je vous parle en « phonétique » pour essayer d’être compréhensible).
ex 2 : des mots tels que « the board » ou encore « further » se prononcent « the bod » and « futhe ». D’ailleurs « the board » and « to be bored » se prononcent exactement de la même façon (et sans R!).
C’est évidemment quelque chose de difficile à expliquer à l’écrit mais je pense que vous avez saisi l’idée. Il s’agit d’une règle tellement simple que je ne comprends pas comment on n’a pu ne pas me l’enseigner à l’école.
Après cette introduction linguistique, venons-en au principal de cet article : mon déjeuner! Grâce à mes cours, j’ai également découvert un joli coffee shop situé à 5 min à pieds de Covent Garden : The Black Penny. La déco et l’ambiance sont chaleureuses, le staff est adorable et la nourriture bonne et abordable. Ce café contient plusieurs salles dont une pour les groupes au sous-sol et quelques tables à l’extérieur. Jusqu’à présent, j’ai toujours eu la chance d’y trouver une place mais l’intérieur est tellement sympa qu’il n’y a pas de quoi être déçu si toutes les tables en terrasses sont prises.
A savoir : si vous souhaitez manger sur place, il faudra attendre près de la porte en face du comptoir pour que quelqu’un vous installe. Le service se fait uniquement à table même si le comptoir vous attire irrémédiablement, j’entends par là que vous ne pouvez choisir votre repas qu’une fois assis et pas directement au comptoir, à moins de commander à emporter.
Je n’ai pas pu prendre de jolies photos de la seconde salle – et encore moins du sous-sol – car le café est constamment plein mais je vous invite vivement à vous y rendre par vous-mêmes pour découvrir le lieu de vos propres yeux – ou alors vous pouvez aussi vous rendre sur leur site qui regorge de jolies photos.

ADRESSE
34 Great Queen Street
Covent Garden WC2B 5AA
HORAIRES
Lundi – Samedi 8h – 18h
DImanche 9h – 17h
Petit déjeuner servi de 8h à 15h du lundi au vendredi.
Déjeuner servi de 12h à épuisement des stocks du lundi au vendredi.
Brunch servi de 9h à 15h le samedi et dimanche.

Angleterre

Dater à Londres

Comme toutes les grandes villes, Londres regorge de célibataires en quête de nouvelles rencontres. Pour cela, tous les moyens sont bons, ami-e-s d’amis, sorties en boîtes, sites de rencontres et applications en tout genre. Cependant, il existe quelques traits de caractères propres aux Anglais.

L’Anglais, ce gentleman
L’Anglais est connu pour être gentleman. Il faut comprendre ici qu’il vous invitera à boire un verre et vous l’offrira, qu’il vous tiendra la porte et qu’il vous raccompagnera jusqu’au métro sans même vous embrasser. Si vous avez le droit à un « hug » (une accolade), vous pourrez vous estimer heureuse. Avec un tel comportement, difficile de savoir ce que veut l’autre. Amour, amitié, un pote pour aller au marché? Avec un peu de chance, vous en saurez plus au prochain rendez-vous.
L’Anglais, ce grand timide
Si les Anglaises s’assument (et ont semble-t-il beaucoup moins froid que les Françaises*), il arrive de tomber sur des Anglais à la timidité très développée. Si en plus, ceux-ci sont gentlemen, on a vite fini par si perdre. Vous n’avez plus qu’une chose à faire, améliorer votre niveau de patience ou prendre les choses en mains.
L’Anglais, cet être contradictoire
Il paraît que l’Anglais veut d’abord être votre ami avant d’envisager plus. On ne va pas se cacher que le gentleman qui sommeille en lui dort parfois bien profondément. Certains Anglais ne se donnent pas autant de mal, surtout lorsqu’ils ont un peu trop bu. Ils peuvent, ainsi, vous demander un « kiss » accolés au comptoir avant même d’avoir décliné leur identité. Dans ce cas là, passez votre chemin. Entre relents de bière et mi-molle ce n’est pas ce soir là que vous allez trouver l’amour.
Le Londonien, ce dateur confirmé
Une rumeur court sur les Londoniens. Celle-ci affirme qu’ils enchaînent les dates jusqu’à 30-35 ans. Dans une ville aussi grande que Londres, il n’est pas difficile de faire des rencontres sans lendemain, de quoi s’occuper jusqu’à la trentaine et briser le coeur de quelques demoiselles pensant avoir trouver le prince charmant. Rumeur fondée ou non, une phrase revient souvent « Darling, en dessous de 30 ans, c’est pas la peine ». Difficile de lutter dans cette jungle urbaine. Et si on allait voir comment ça se passe à la campagne?
L’Anglais, un homme comme un autre
Malgré toutes les rumeurs qui courent sur les Anglais, l’une d’entre elles s’avère fondée. Les Anglais sont des hommes comme les autres, changeant au gré des jours et des rencontres. S’il peut s’avérer facile et plaisant de les mettre en boite, aucun ne se ressemble, il serait donc dommage de faire des généralités. Je ne pourrai donc que vous conseiller de profiter pleinement et de ne pas vous retenir de vivre une belle histoire sous prétexte que l’intéressé n’a pas passé la barre des trente ans. Et même si certains comportements semblent se vérifier, allez demander à vos copines Parisiennes ou New-Yorkaises si elles ne rencontrent pas les mêmes déboires. Vous remarquerez que la vie en ville y joue bien plus que la nationalité.
* Attention, je ne fais pas du slut-shaming. S’il s’avère que les anglaises ont une certaine tendance à porter des vêtements courts, elles ont surtout tendance à sortir sans manteau en plein hiver quand pour ma part, j’emporte au minimum deux écharpes. Il va falloir que j’enquête pour trouver leur secret.
Et pour ceux qui ne savent pas ce qu’est le slut shaming, allez faire un tour chez Madmoizelle